La lutte contre les virus, c’est l’affaire de tous

SERVIOR n’a pas attendu la déclaration au Luxembourg d’un cas de Covid-19, ce coronavirus venu d’Asie, pour mettre en garde ses visiteurs contre sa propagation. A l’entrée de tous les centres, un affichage spécifique rappelle, depuis fin février, quelques grands principes de précaution.

Les personnes âgées font partie des groupes à risque. Leur éviter d’entrer en contact avec ce virus indésirable est un principe de base pour tout le personnel. En la matière, rien de nouveau sous le soleil : si le Covid-19 est, d’évidence, plus virulent, il rappelle en bien des points le virus de la grippe, un ennemi bien connu des structures d’hébergement pour seniors.

Contrarier la transmission

La ministre de la Santé, Paulette Lenert, l’a rappelé dès le début de la crise : le Luxembourg n’est pas une île, et il doit forcément être confronté au passage du virus. Mais il est possible, et même indispensable, de lui rendre la vie difficile. La lutte commence donc par la population la moins exposée qui, consciente du plus faible risque qu’elle court, peut faire preuve de moins de rigueur, servir de véhicule au voyageur indésirable et le transmettre, parfois, sans même s’en rendre compte. C’est le maillon faible que les campagnes de prévention tentent de cibler actuellement.

L’omniprésence du sujet dans les médias a au moins le mérite immense de conscientiser tout le monde, alors que l’on sait le virus bénin dans 80% des cas. Oui, c’est bien la population générale qui doit être le premier bouclier pour ralentir la diffusion du virus.

Problèmes respiratoires

Le Covid-19 se caractérise par la fatigue, la toux, la fièvre, des courbatures et atteintes pulmonaires avec dans les cas les plus graves un syndrome de détresse respiratoire aiguë. Comme tous les coronavirus, il se transmet entre les humains par la salive, les gouttelettes, les contacts rapprochés avec les malades et le contact avec des surfaces contaminées.

Hygiène des mains d’abord

Pour les visiteurs des centres SERVIOR, le respect des règles d’hygiène de base est de rigueur : il faut se laver ou désinfecter les mains, dès l’entrée du bâtiment, et à chaque fois que l’on a toussé ou s’est mouché… ce qui constitue une précaution de base. Il est demandé à ceux qui sont pris de toux ou d’éternuements de porter un masque, et à tous de préférer les mouchoirs à usage unique. L’éternuement dans le coude, plutôt que la main, est aussi de rigueur, un geste adopté depuis longtemps par les personnels soignants.

Différer une visite

Bien sûr, les contacts sociaux trop proches sont à réfréner, surtout si l’on porte les signes de maladie grippale. Simple, double ou triple bise ? La solution pragmatique est… pas de bise du tout. Et un signe de la main vaut mieux qu’une franche poignée.

Reporter une visite est parfois acte de bon sens. C’est en tout cas une obligation pour toutes les personnes ayant eu des contacts avec l’infection, ou qui en présentent les signes.

Plus d’informations sur le site du gouvernement.

illu_corona_new